Brèves
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’Arte Mare (19h30, 20h30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 06 76 31 93 69

ou en cas de nécessité

04 95 58 85 50

arte.mare@wanadoo.fr

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Facebook
dimanche 13 septembre
Découvrez en avant-première la programmation du festival sur la page Facebook Arte Mare récompense cinéma/tv
 
Arte Mare remercie ses partenaires
samedi 2 novembre

Ville de Bastia

Collectivité Territoriale de Corse

Conseil Général de la Haute Corse

Agence du Tourisme de la Corse

Outil Culturel et Technique de la CTC

Office du Tourisme de Bastia et de son agglomération, la CAB

AIR FRANCE

CCAS

Caisse des Dépôts et Consignations

AIR CORSICA

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

L’ODARC

Agence Negroni Bastia

Communauté de commune des Cinque Pieve

Communauté de commune du Cap Corse

Communauté de commune du Nebbiu

Communauté de commune de la Conca d’Or

Communauté de commune du Sud Corse

Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien

CDC

CCI de Bastia

CCAS-CMCAS de Corse

MGEN

Negroni voyages

Caisse des Dépôts et Consignations

OSCARO.COM

LA SOCIETE GENERALE

Centre culturel L’Alb’Oru

Le Théâtre municipal de Bastia

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

Corse Matin

Corse net infos

Demeures Corses

Cuisinella

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

L’IRA de Bastia

L’ODARC

Géant Casino

Leroy Merlin

Mercedes-Benz

Gloria Maris-Aquadea

Librairie Album

Union des commerçants

Aéroport de bastia

Consulat du Maroc

Ava Basta

MC4 Distribution

Decipro

Le clos Lucciardi

La route des sens/Stada di i sensu

Best Western Corsica Hôtel Bastia

SOCODIP

Les Vignerons Corsicans

Fromagerie Pierucci

Zilia

Brasserie Pietra - Corsica Cola

L’Atelier de la Noisette

Charcuterie Fontana

La Grappe Joyeuse

Cinémathèque de Corse

Crédit Agricole de la Corse

Corsica Gastronomia

Fromagerie A Filetta

Fromagerie Pierucci

Conserverie de Casatorra

Sica de la Casinca

Sica Sedarc Bellu Sole, Pruneaux de Corse

Boulangerie-Pâtisserie A Finetta (Biguglia)

Voir Festival nos partenaires

 
De beaux scandales
dimanche 13 septembre 2015
Un voyage dans l’histoire des scandales au cinéma

Caricaturistes – Fantassins de la Démocratie, le film réalisé par Stéphanie Valloatto 102mn

En suivant douze caricaturistes de tous horizons, le film nous plonge de manière drôle, touchante et sans concession, dans le combat de ces artistes du quotidien que sont les dessinateurs de presse.

Douze fous formidables, drôles et tragiques, des quatre coins du monde, qui défendent la démocratie en s’amusant et au risque de leurs vies, avec, comme seule arme, un crayon…

Auteur-Réalisateur : Stéphanie Valloatto


Auteur : Radu Mihaileanu

Musique originale : Armand Amar



Production / Diffusion : Oï Oï Oï Productions

Ce documentaire, mêlant tons grave et humoristique, est une véritable leçon de démocratie et constitue un appel à liberté d’expression en Europe et dans le monde. En présence de Jean Plantu et de Radu Mihaileanu.


Le scandale Paradjanov ou la vie tumultueuse d’un artiste soviétique de Serge Avédikian et Olena Fetisova 1h35

Auteur de films cultes, dont Les Chevaux de feu et Sayat Nova, Sergei Paradjanov a agacé le pouvoir à cause de son anticonformisme. Son esprit rebelle lui vaut cinq années d’emprisonnement dans les geôles soviétiques. S’il en ressort meurtri, Paradjanov conserve pour autant son indéfectible sens de l’humour, son excentrisme et surtout sa passion pour l’art et la beauté.

Image Serguei Mikhalchuk

Montage Alexandra Strauss

Décorateur Vladyslav Ryzhykov

Avec Yuliya Peresild, Zaza Kashybadzee, Serge Avédikian

Ce film biographique singulier illustre les moments clés de la vie et de l’œuvre de Serguei Paradjanov, descendant d’Arméniens, persécuté par les autorités soviétiques. Un film enlevé et libre, célébrant l’excentricité d’un grand cinéaste et qui a reçu le prix du jury de la 24e édition du Festival du film d’histoire de Pessac. Prix Henri Langlois 2014 lors des Rencontres internationales du Cinéma.


Basquiat de Julian Schnabel 1h45

À New York, au milieu des années soixante-dix, Jean-Michel Basquiat, fils d’un Haïtien et d’une Portoricaine, mène l’existence tumultueuse d’un artiste en herbe, en proie aux démons de la drogue et du racisme. Pendant quelque temps, il hésite entre la musique (il a fondé un petit orchestre d’avant-garde, “Gray”) et le dessin (il couvre les murs de graffitis signés “Samo”). Un jour, Andy Warhol, pape de l’underground, lui achète plusieurs croquis et l’encourage à continuer dans cette voie.

Scénariste : Julian Schnabel

Compositeur(s) : Julian Schnabel, John Cale

Avec : Jeffrey Wright, Michael Wincott, Benicio Del Toro, Claire Forlani, David Bowie, Dennis Hopper, Gary Oldman, Christopher Walken, Willem Dafoe, Courtney Love…

Julian Schnabel est avant tout un artiste peintre, révélé au tout début des années 80 à New York. Exposé aux quatre coins du monde, ses œuvres font aussi partie des collections permanentes des plus grands musées d’Art Contemporain. En 1996, il réalise Basquiat, portrait de l’artiste peintre new-yorkais Jean-Michel Basquiat, présenté en compétition à la Mostra de Venise. Avec Avant la nuit en 2000, son acteur Javier Bardem reçoit le prix d’interprétation toujours à la Mostra de Venise, pour son rôle inspiré de la vie de l’écrivain cubain Reinaldo Arenas, dissident du régime castriste. En 2007, Le scaphandre et le papillon remporte le prix de la mise en scène à Cannes. Depuis, Schnabel a également réalisé le documentaire Berlin, captation live du chef d’œuvre de Lou Reed.


La Grande Bouffe de Marco Ferreri


Les Damnés de Luchino Visconti Le film nous plonge en 1933 où parallèlement à la montée, du nazisme, nous assistons à la décadence d’une famille de puissants maîtres de forges : Les Von Essenbeck. Lors de l’anniversaire du patriarche Joachim, se déclare l’incendie du Reichstag. Joachim décide immédiatement d’ignorer son hostilité aux nazis pour assurer la survie de ses affaires et annonce la nomination de son neveu Konstantin, dignitaire S.A., à la tête de la vice présidence des aciéries.

Scénario Nicola Badalucco, Enrico Medioli, Luchino Visconti

Image Pasqualino De Santis, Armando Nannuzi

Montage Ruggero Mastroianni

Avec Dirk Bogarde, Ingrid Thullin, Helmut Berger

Visconti montre l’autodestruction d’une famille, en s’inspirant de Freud, Wagner, Thomas Mann et Shakespeare. L’Allemagne des années 30, accablée par un climat de peur et de barbarie, s’est imposée à lui comme la seule période susceptible de tolérer autant de violence, de corruption et de vice. Ce chef-d’œuvre inaugure une trilogie (Les Damnés, Mort à Venise, Ludwig).


La dernière tentation du Christ de Martin Scorcese

Comme tous les hommes, Jésus vit dans le péché et dans la peur. Il veut vivre la vie d’un homme normal et désire Marie-Madeleine. Mais Dieu l’a choisi pour être le Messie, pour être le Sauveur de l’humanité. Après avoir découvert sa vraie nature lors d’un voyage dans le désert, il commence à prêcher la bonne parole et à accomplir des miracles. Il compte de plus en plus de disciples, dont le premier d’entre eux, Judas et s’oppose aux prêtres juifs.

Scénario : Paul Schrader d’après La dernière Tentation (Ο τελευταίος πειρασμός) de Nikos Kazantzakis

Musique : Peter Gabriel

Image : Michael Ballhaus

Montage : Thelma Schoonmaker

Décors : John Beard

Hanté par le thème de la Passion et la rédemption, Martin Scorcese envisage de tirer un film du roman de Nikos Kazantzakis, mais les producteurs de la Paramount cèdent aux pressions des puissants fondamentalistes protestant à coups de manifestations, pétitions, nuits de prières et d’insinuations antisémites. Le projet est repris au dernier moment par Universal. Scorsese se tourne vers la France pour trouver des fonds complémentaires et est présenté par le jeune producteur Hubert Balsam. Le 12 août 1988, Le 12 août 1988, la sortie du film aux États-Unis suscite des protestations dans tout le pays. La sortie le 28 septembre 1988 en France déclenche une guérilla à coups de tracts et d’attentats. Le 23 octobre 1988, un groupe de catholiques traditionalistes déclenche un incendie dans une salle du cinéma Espace Saint-Michel à Paris pour protester contre la projection du film. Cet attentat a fait quatorze blessés.


Train de vie de Radu Mihaileanu

1941, dans un village juif d’Europe de l’Est. Schlomo, le fou du village, arrive essoufflé devant le conseil des sages pour leur annoncer une terrible nouvelle : les Allemands tuent et déportent vers des destinations inconnues tous les habitants juifs des shtetls voisins. Le conseil se réunit et après maintes querelles, une idée jaillit de la bouche même du fou : pour échapper aux nazis, ils organiseront un faux train de déportation !

Scénario Moni Ovadia, Radu Mihaileanu

Image Laurent Dailland, Yorgos Arvanitis

Montage Monique Rysselinck

Avec Lionel Abelanski, Rufus, Gad Elmaleh

Le film est inspiré par l’activité, pendant la Seconde Guerre mondiale en Roumanie, de l’organisation « Aliyah » qui affrétait trains et bateaux pour évacuer les juifs roumains vers Istanbul. Cette fable pleine d’humour et d’humanité a été comparée par les uns à La Grande Vadrouille et à Rabbi Jacob, par les autres à To be or not to be ou au Dictateur. C’est assez dire…

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. L’invité d’honneur : Jean-Pierre Mocky
    13 septembre 2015

  2. De beaux scandales
    13 septembre 2015