Arte Mare : De Madrid à Bastia, "En contre-plongée, la mer"
Corse Net Infos
dimanche 24 novembre 2013

Rédigé par Odile AURACARIA

Alors que le court-métrage de Guillermo G. Peydrò, "En contre-plongée, la mer", mettant à l’honneur le travail de Jeanne de Petriconi, va être projeté les vendredi 22 novembre (à 12h15) et samedi 23 (à 14h15) au théâtre, dans le cadre du Festival, notre équipe a pu joindre les principaux protagonistes qui résident à Madrid. L’un et l’autre remercient chaleureusement Michèle Corrotti, présidente du Festival, car c’est sur son invitation que le film va être projeté.

Arte Mare : De Madrid à Bastia, "En contre-plongée, la mer" Jeanne de Petriconi et Guillermo G. Peydrò ne pourront être présents à Bastia lors de la projection. Au même moment Jeanne se trouvera à Paris, à l’Espace Pierre Cardin, où elle installera ses sculptures "En contre-plongée, la mer". Ses oeuvres y seront présentées, du 21 au 30 novembre dans le cadre d’une exposition collective des membres de la Casa de Velazquez intitulée "Itinérance 2013." Guillermo, sera quant à lui, à Lisbonne pour la projection de son film "Las Variaciones Guernica" dans le cadre du Festival Temps d’Images.

Parole, en premier lieu, à notre jeune compatriote bastiaise, Jeanne de Petriconi.

- Jeanne, que pouvez-vous nous apprendre sur votre actualité artistique ?

- Après l’Espace Pierre Cardin, mes sculptures "En contre-plongée, la mer" seront exposées dans le domaine de la Garenne Lemot, un espace dédié à la création contemporaine en Loire-Atlantique. D’autre part, je travaille actuellement avec un galeriste de Madrid sur la production en édition limitée de mes livres d’artistes.

- Quels sont vos projets ?

- Je voudrais continuer à effectuer quelques courtes résidences d’artistes, afin de pouvoir produire de nouvelles pièces, car je ne possède pas encore d’atelier.

- Qu’attendez-vous de la projection du court-métrage "En contre-plongée, la mer" ?

- J’aime l’idée de présenter mes projets en Corse après les avoir réalisés dans un contexte unique et ainsi partager le résultat de mes expériences de création à l’étranger. Le film est un moyen idéal pour faire découvrir mon processus de création et le résultat de mes recherches.

- Pourquoi avez-vous choisi de vivre à Madrid ?

- J’ai vécu en Corse jusqu’à ce que je poursuive mes études supérieures sur le Continent, en Avignon puis à Paris. J’ai ensuite passé plusieurs années à développer mes recherches dans le cadre de résidences d’artistes à l’étranger, au Canada, en Finlande, en Suisse et en Espagne. Mes séjours ont alors été partagés entre la Corse et l’étranger. Aujourd’hui, je vis entre l’Espagne, la Corse et le Continent. La Corse est régulèrement présente dans mon travail, depuis ma première sculpture clairement inspirée par ma terre, ses paysages et mes racines, jusqu’à ma dernière série de sculptures "En contre-plongée, la mer" et cette référence à la mer, élément dominant du paysage qui m’a entourée et que j’ai la nécessité de réinventer lorsqu’elle n’est plus à ma portée.

Je n’ai pas vraiment choisi de m’installer à Madrid, j’ai été séduite par la ville et ai souhaité y prolonger mon séjour afin d’y poursuivre les projets que j’y ai entamés et qui me tiennent à coeur.

Les principales étapes de Jeanne de Petriconi

- Université de Corse,

- Beaux-Arts d’Avignon,

- 2009, diplômée, en spécialité sculpture, de l’ENSAD de Paris (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs),

- 2010, obtient la mention "Best Young Artist" du Festival Arte Laguna de l’Arsenal de Venise,

- Lauréate des Pépinières pour Jeunes Artistes, ce qui lui permet de partir en Résidence au Québec,

- Exposition à la Biennale pour Jeunes Artistes de Moscou,

- 2011, première exposition individuelle au Centre Culturel Una Volta de Bastia,

- 2012, exposition à la Biennale pour Jeunes Artistes de Moscou,

- 2012-2013, Pensionnaire de la Casa de Velazquez, Académie de France à Madrid

Website : www.jeannedepetriconi.com

Guillermo G. Peydrò : "En contre-plongée, la mer est e titre originel du projet de sculptures de Jeanne de Petriconi" Arte Mare : De Madrid à Bastia, "En contre-plongée, la mer"

- Guillermo, que pouvez-vous révéler de votre actualité ?

- Je termine ma thèse qui doit être adressée au jury le 2 décembre prochain. Je m’occupe aussi activement de la diffusion de mes quatre films qui sont souvent projetés dans le cadre de festivals, cinémas et universités.

- Quels sont vos projets immédiats ?

- En décembre, je débute le montage de mon premier long-métrage. Je commence aussi un court-métrage sur un peintre espagnol qui travaille en utilisant de nouvelles technologies.

- Pourquoi avoir choisi ce titre pour votre film "En contre-plongée, la mer" ?

- Simplement pour respecter le titre originel du projet de sculptures de Jeanne de Petriconi, dont il retrace le processus de création.

- Pourquoi avoir choisi de vivre à Madrid ?

J’ai vécu à Paris, New-York, Bologne, entre autres villes. Mais alors que je rédige ma thèse, je constate que c’est exactement ici, dans cette capitale espagnole, vibrante, en pleine mutation, que je veux habiter. Je m’y sens bien. De plus c’est là que résident ma famille et mes amis.

- Dans votre court-métrage, "En contre-plongée, la mer" la bande son occupe une place privilégiée. Pouvez-vous nous parler de votre choix musical et du compositeur Samuel Andreyev ?

- J’apprécie beaucoup la musique classique contemporaine et en particulier celle de Samuel Andreyev qui est un compositeur canadien très talentueux. J’avais déjà utilisé une de ses pièces musicales pour mon film "Las Variaciones Guernica". Samuel Andreyev et Jeanne de Petriconi ont tous les deux été boursiers de la Casa de Velazquez au cours de cette saison 2012-2013. J’ai jugé approprié cette collaboration entre nous trois. Pour 2014, j’envisage d’ailleurs d’autres projets avec Jeanne et Samuel.

- Vous semblez être un grand voyageur... Connaissez-vous la Corse ?

- Non hélas pas encore et je regrette beaucoup d’ailleurs de ne pas être présent à Bastia pour les projections de mon court-métrage. Mais un voyage professionnel est programmé depuis longtemps pour le mois de décembre avec Jeanne de Petriconi. Je me réjouis à l’avance de ce séjour. J’en profiterai aussi pour filmer l’hiver en Corse.

Guillermo G. Peydrò

Guillermo, de nationalité espagnole, est cinéaste et historien de l’art et du cinéma. Il a aussi été programmateur au Greenpoint Film Festival de Brooklyn à New-York.

Actuellement, il termine un Doctorat au Musée Reina Sofia de Madrid avec une thèse centrée sur le "film-essai sur l’art" où il étudie les formes de dialogue critique entre le cinéma et les arts visuels depuis le début du XXème siècle, comme leurs applications esthétiques, académiques et politiques.

Ses deux premiers films sur l’art "Las Variaciones Guernica" et "El jardin imaginario" ont été projetés pour la première fois dans la sélection officielle du Film Documenta Madrid 2012, ainsi que dans de nombreux cinémas, musées, universités et centres culturels en Europe, Amérique du nord et Amérique latine.

Website : www.guillermopeydro.com

Signatures: 0
Date Nom Sites Web Message