Brèves
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’Arte Mare (19h30, 20h30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 06 76 31 93 69

ou en cas de nécessité

04 95 58 85 50

arte.mare@wanadoo.fr

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Facebook
dimanche 13 septembre
Découvrez en avant-première la programmation du festival sur la page Facebook Arte Mare récompense cinéma/tv
 
Arte Mare remercie ses partenaires
samedi 2 novembre

Ville de Bastia

Collectivité Territoriale de Corse

Conseil Général de la Haute Corse

Agence du Tourisme de la Corse

Outil Culturel et Technique de la CTC

Office du Tourisme de Bastia et de son agglomération, la CAB

AIR FRANCE

CCAS

Caisse des Dépôts et Consignations

AIR CORSICA

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

L’ODARC

Agence Negroni Bastia

Communauté de commune des Cinque Pieve

Communauté de commune du Cap Corse

Communauté de commune du Nebbiu

Communauté de commune de la Conca d’Or

Communauté de commune du Sud Corse

Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien

CDC

CCI de Bastia

CCAS-CMCAS de Corse

MGEN

Negroni voyages

Caisse des Dépôts et Consignations

OSCARO.COM

LA SOCIETE GENERALE

Centre culturel L’Alb’Oru

Le Théâtre municipal de Bastia

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

Corse Matin

Corse net infos

Demeures Corses

Cuisinella

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

L’IRA de Bastia

L’ODARC

Géant Casino

Leroy Merlin

Mercedes-Benz

Gloria Maris-Aquadea

Librairie Album

Union des commerçants

Aéroport de bastia

Consulat du Maroc

Ava Basta

MC4 Distribution

Decipro

Le clos Lucciardi

La route des sens/Stada di i sensu

Best Western Corsica Hôtel Bastia

SOCODIP

Les Vignerons Corsicans

Fromagerie Pierucci

Zilia

Brasserie Pietra - Corsica Cola

L’Atelier de la Noisette

Charcuterie Fontana

La Grappe Joyeuse

Cinémathèque de Corse

Crédit Agricole de la Corse

Corsica Gastronomia

Fromagerie A Filetta

Fromagerie Pierucci

Conserverie de Casatorra

Sica de la Casinca

Sica Sedarc Bellu Sole, Pruneaux de Corse

Boulangerie-Pâtisserie A Finetta (Biguglia)

Voir Festival nos partenaires

 
Vendredi 17 novembre à 20h30 au théâtre
l’ensemble W A J D
jeudi 16 novembre 2006

Naziha Meftah chanteuse-interprète

Ghaïss Jasser compositrice et interprétation au piano

Khaled Roumo poèmes

Identité de l’ensemble WAJD

Pour les connaisseurs de la tradition spirituelle musulmane, le mot wajd renvoie à l’état d’extase mystique atteint lors du samâ, audition de la parole de Dieu et du chant soufi. C’est ainsi que, sur une proposition de Khaled, les trois compagnons choisissent de nommer leur ensemble, en retenant de ce terme une de ces multiples acceptions : “ incapacité de l’âme à soutenir les effusions du désir quand s’éveille le souvenir du bien-aimé ”. Et ce sont bien de profonds émois que font naître la voix de Naziha Meftah, la poésie de Khaled Roumo et les compositions de Ghaïss Jasser.

WAJD, fruit de multiples rencontres

La première entre compositrice et poète. Elle remonte à la fin des années 1960. Nous sommes à la faculté de Lettres de Damas où Khaled et Ghaïss se croisent, choisissent de vivre ensemble et de partir en France pour poursuivre leurs études en littérature française. C’est alors, à Strasbourg, en 1970, que Khaled propose à Ghaïss de mettre des paroles sur l’une de ses compositions. S’ensuivent une deuxième, une troisième... Quelques années après, le sens de la collaboration s’inverse : c’est Ghaïss qui choisit de mettre en musique les poèmes de Khaled. Ainsi, dix chants seront-ils prêts et attendront de voir le jour.

Ghaïss, jeune compositrice, formée dès sa petite enfance à la musique classique, interprête - au piano - jusqu’à l’âge de 18 ans les œuvres de Beethoven, Shubert, Mozart, Chopin, Albeniz... Elle compose son premier morceau de piano dès l’âge de 16 ans. Longtemps, elle garde ses créations secrètes jusqu’à l’obtention de sa thèse d’Etat en littératures françaises. Elle vit alors le lien intime entre le verbe, la mélodie et l’image ( elle suit avec passion les créations cinématograhiques internationales ) à travers sa participation aux rencontres culturelles comme dans son enseignement.

Amoureux des belles lettres, Khaled écrit - sans le préméditer - des vers sur mesure pour s’évader de l’univers austère de la recherche, puisant son inspiration dans une nostalgie, exacerbée par l’exil, pour les paysages enchanteurs de son village natal le Crack des Chevaliers et son amour de la actaba, joutes poétiques improvisées et orales que son père aimait à pratiquer. Prévert et Verlaine entre autres libèrent son expression poétique en français qui, à son tour, appelle son expression en arabe. Ses recherches en littérature française sur les rapports Orient-Occident et son enseignement centré sur la diversité des cultures le confortent dans l’idée qu’entre les différentes expressions culturelles et artistiques, Il y a des "correspondances" - terme emprunté à Beaudelaire - qui permettent de jeter des passerelles entre humains ainsi qu’entre Ciel et terre.

Jusqu’au jour où, lors d’un voyage en Californie en 2002, un producteur écoute les compositions de Ghaïss et, séduit, lui fait enregistrer un disque intitulé Bloom/Primeurs. La compositrice découvre alors les plaisirs de la scène et du partage de sa musique : elle donne une douzaine de concerts - entre USA, France et Syrie - où elle interprète ses propres compositions. L’accueil réservé à cet artiste l’invite à préparer la publication d’un nouvel album.

La seconde rencontre est survenue il y a un peu plus d’un an. La recherche d’une chanteuse capable de reproduire l’émotion des épousailles entre mots et musique s’impose. C’est alors que le poète et la compositrice tombent sous le charme de Naziha lors d’une de ses représentations à Paris. La chanteuse, à son tour, est transportée par la musique de Ghaïss et les poèmes de Khaled.

Très jeune, celle qui naît à Chefchaouen s’exerce à la chanson : ses proches la surprennent à fredonner des airs pleinement évocateurs de l’âge d’or musical arabo-andalou et classique oriental. Ayant sa maîtrise de littérature arabe, elle quitte le Maroc pour la France dans le but de poursuivre ses études supérieures et de découvrir sur de nouveaux horizons artistiques. Ses admirateurs, nostalgiques de son talent, la nomme désormais "Naziha la parisienne". Elle vit sa passion de l’art comme un rêve qui la porte et auquel elle jure fidélité. Sa voix est couleur d’arc-en ciel : elle chante Fairouz, Oum kelthoum, Asmahan, Najat et d’autres. Ses vibratos vont à la rencontre de l’arabo-andalou et du melhoun tout en explorant d’autres registres. La jeune chanteuse crée patiemment sa propre personnalité artistique : une sensibilité raffinée soutenue par un travail assidu et une vision de l’art et du rôle du créateur marqués par le sérieux et le respect de son art, de son public et de sa personne. Quoi d’étonnant alors si elle provoque chez ses auditeurs un état d’extase, fait de magie et de douceur, qui rapproche du divin ? Aujourd’hui, tout en s’inscrivant dans l’universel, Naziha poursuit son rêve et choisit avec exigence les textes et les mélodies qu’elle interprète.

Avec l’enregistrement de l’album Indifa au Caire et d’un second à Bruxelles en collaboration avec "Qayna "(où elle figure comme première voix), la diffusion de ses chants sur les ondes de Radio Orient, RMC, Médi1, RTM, ses multiples participations à des évènements tels que le festival d’Avignon en 2003 et le festival Cultures du Maghreb à Caen en mars 2005, la 23ème édition du festival "al madina" à Tunis,spectacle à l’institut du monde arabe en novembre de la même année... Naziha mérite d’être considérée comme “la première voix arabe de Paris” telle qu’elle est reconnue, lors d’un concours, par Radio Orient dès 1990. Elle n’est pas sans rappeler d’illustres aînées de la chanson arabe classique et moderne.

Une expérience unique, à la fois authentique et moderne

Telle est la genèse de Wajd, qui nous entraîne de la douce rêverie à la douloureuse déchirure, par la seule grâce d’un piano et d’une voix ; les harmonies instrumentales rappellent la formation classique de Ghaïss, tandis que la voix de Naziha souligne, par ses vibratos, le souffle oriental qui émane de la musique. Les poèmes forment une passerelle toute naturelle entre les deux univers, où l’exil, l’aspiration à la transcendance, la nostalgie et la mélancolie prennent un éclat particulier, dont les reflets se répandent jusqu’aux tréfonds de l’âme.

Ce résultat est le fruit d’une symbiose entre trois expressions artistiques, deux univers culturels ( Orient et Occident ) et deux parties du monde arabe (Machriq et Maghrib), d’un épurement de style d’interprétation fait d’une voix et d’un instrument ( le piano, ce même instrument qui a donné naissance aux compositions), d’un enracinement aux sources de l’inspiration (l’accompagnement musical est assuré par la compositrice elle-même), d’un langage classique et moderne à la fois porté par les trois expressions artistiques - grâce à l’initiation des trois créateurs aux deux époques musicales et littéraires des cultures arabe et occidentale, d’un ancrage dans une dimension universelle ( même si la langue arabe porte la plupart des chants, tous les auditeurs - parisiens jusqu’ici - goûtent ses créations et découvrent, à travers deux chants, l’ébauche d’un répertoire en français ) et enfin d’un souci de proximité puisque le poète met entre les mains des auditeurs une "traduction - réécriture" de ses textes.

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. BEYROUTH-BASTIA
    5 mars 2006

  2. PIETRA MONTECORVINO : chansons populaires italiennes et de l’autre rive
    5 mars 2006

  3. Vincent Sarrazin , peintre de l’Estaque
    20 juin 2006

  4. un peu d’histoire.
    11 mars 2006

  5. ARTE CITA
    16 avril 2006

  6. U Festivale di u filmu
    15 avril 2006

  7. ARTE-MARE
    16 avril 2006

  8. Une cinéaste libanaise, Danielle Arbid
    16 avril 2006

  9. Parle moi du pays
    16 avril 2006

  10. Exposition SHAFIC ABBOUD
    16 février 2006

  11. Jean-André Bertozzi, photographe ...
    2 janvier 2006

  12. Un festival "historique"
    17 avril 2006

  13. Les contacts
    17 avril 2006

  14. Les partenaires
    17 avril 2006

  15. Les sponsors
    17 avril 2006

  16. Ils sont venus à Bastia
    19 avril 2006

  17. Présentation de Pietra Montecorvino
    21 avril 2006

  18. Jean-Noël Schifano
    21 avril 2009

  19. "Pub" sur l’Express
    21 avril 2006

  20. L’association
    12 avril 2006

  21. les organisateurs
    25 avril 2006

  22. Di quale si
    25 avril 2006

  23. Les jeunes et la découverte du cinéma méditerranéen
    26 avril 2006

  24. Coup de projo du Point
    27 avril 2006

  25. Guy-Paul Chauder, hommage à Nikki
    20 mai 2006

  26. Jacqueline Delpy, la pêche imaginaire
    20 mai 2006

  27. Rachid Koraïchi 2
    4 septembre 2006

  28. Rachid Koraïchi - expositions
    20 mai 2006

  29. Les amis d’Abboud
    6 mai 2006

  30. Tahar Ben Jelloun
    2 juin 2006

  31. Maati Kabbal
    2 juin 2006

  32. Petra Magoni et Ferruccio Spinetti en concert à Bastia
    12 juillet 2006

  33. Marie Claire l’a écrit
    20 juillet 2006

  34. Le Liban : encore une fois sous les bombes
    28 juillet 2006

  35. Eva Durán chante Volver
    31 août 2006

  36. Coup de projecteur sur le Liban
    19 septembre 2006

  37. Présentation des films de Danielle Arbid
    19 septembre 2006

  38. Le Liban, rappel historique.
    4 octobre 2006

  39. L’édito. Novembre 2006. La Corse invite le Liban..
    4 novembre 2006

  40. La déco du péristyle
    4 novembre 2006

  41. Les mots des politiques
    4 novembre 2006

  42. Les mots des politiques
    4 novembre 2006

  43. Le jury professionnel 2006:DENIS PARENT
    4 novembre 2006

  44. Les mots des politiques
    4 novembre 2006

  45. Le jury professionnel 2006 : le président, FRANCOIS BERLEAND
    4 novembre 2006

  46. Le jury professionnel 2006 : ELEONORE POURRIAT
    4 novembre 2006

  47. Le jury professionnel 2006 : RACHID EL OUALI
    4 novembre 2006

  48. Le jury professionnel 2006 : SAMI BOUAJILA
    4 novembre 2006

  49. Elle présente la soirée de clôture
    4 novembre 2006

  50. JURY CLASSES CINEMA
    4 novembre 2006

  51. CLOSE TO HOME 2006
    8 novembre 2006

  52. Festival 2006 LA FAUTE A FIDEL
    8 novembre 2006

  53. OUVERTURE DU FESTIVAL 2006 : MAUVAISE FOI
    4 novembre 2006

  54. CLOTURE DU FESTiVAL 2006 : HORS DE PRIX
    4 novembre 2006

  55. AFTER SHAVE
    4 novembre 2006

  56. Concert métisse : Chants du Maroc, d’Espagne, de Corse et de Méditerranée
    5 novembre 2006

  57. Festival 2006 LES FRAGMENTS D’ANTONIN
    4 novembre 2006

  58. Festival 2006 UNE EQUIPE DE REVE
    4 novembre 2006

  59. Le Liban en compétition : BOSTA
    4 novembre 2006

  60. Le débat : l’évolution du statut des femmes en Méditerranée
    4 novembre 2006

  61. Festival 2006 Un merveilleux conte initiatique : BAB’AZIZ, LE PRINCE QUI CONTEMPLAIT SON AME
    4 novembre 2006

  62. Festival 2006 BARAKAT !
    4 novembre 2006

  63. Festival 2006 L’IMMEUBLE YACOUBIAN
    4 novembre 2006

  64. Festival 2006 SEMPRE VIVU !
    4 novembre 2006

  65. Festival 2006 WHAT A WONDERFUL WORLD
    4 novembre 2006

  66. Festival 2006 LA STELLA CHE NON C’E
    4 novembre 2006

  67. Festival 2006 AUX FRONTIERES DE LA NUIT
    4 novembre 2006

  68. Rachid El Ouali et Paul Filippi : rencontre de deux réalisateurs
    4 novembre 2006

  69. AUX FRONTIERES
    4 novembre 2006

  70. CONVERSATIONS DE SALON 1-2-3
    4 novembre 2006

  71. Dans les champs de bataille
    4 novembre 2006

  72. NOUS / NILMA
    4 novembre 2006

  73. Seule avec la guerre
    4 novembre 2006

  74. ÇA SERA BEAU
    4 novembre 2006

  75. CENDRES
    4 novembre 2006

  76. MAJNOUNAK
    4 novembre 2006

  77. HIZZ YA WIZZ
    4 novembre 2006

  78. LA MAISON DE MON PERE
    4 novembre 2006

  79. IN THIS HOUSE
    4 novembre 2006

  80. MARTINE ET ALIA
    4 novembre 2006

  81. Wa et Tambourro
    4 novembre 2006

  82. WELCOME TO BEYROUTH
    4 novembre 2006

  83. NE A BEYROUTH
    4 novembre 2006

  84. FILMS DE L’ETE 2006
    4 novembre 2006

  85. ETEL ADNAN
    4 novembre 2006

  86. THIERRY GICQUEL
    4 novembre 2006

  87. GIACOBAZZI
    4 novembre 2006

  88. Guy-Paul Chauder, un ami de Shafik Abboud
    4 novembre 2006

  89. LES VISITES DES EXPOSITIONS
    4 novembre 2006

  90. Arte Mare nomade
    5 novembre 2006

  91. Tout le programme 2006 en quelques pages
    10 novembre 2006

  92. Le jury professionnel 2006 : Florence Loiret-Caille
    11 novembre 2006

  93. La grille des projections, concerts, débats, vernissages...
    12 novembre 2006

  94. l’ensemble W A J D
    16 novembre 2006

  95. Le palmares 2006
    27 novembre 2006

  96. TPS partenaire d’ARTE MARE
    6 décembre 2006

  97. Salut les Artistes !
    15 décembre 2006

  98. Séquence 1
    20 décembre 2006

  99. Séquence 2
    20 décembre 2006

  100. Merci à Sabrina de la boutique Caria
    27 décembre 2006

  101. Expulsion du cinéaste Wael Nourredine
    21 mars 2007

  102. Wael Noureddine reste en France !
    10 avril 2007

  103. Délice Paloma
    17 novembre 2007

  104. 17-25 novembre 2006 : Festival de Bastia, l’affiche
    4 octobre 2006

  105. 2006 AHLAAM (Rêves)
    8 novembre 2006

  106. 2006 BOSTA
    8 novembre 2006

  107. 2006 LES CLIMATS
    8 novembre 2006

  108. 2006 ELSA ET FRED
    8 novembre 2006

  109. 2006 GOLDEN DOOR
    8 novembre 2006

  110. 2006 MORITURI
    8 novembre 2006

  111. 2006 LE JOUR DE MA MORT
    4 novembre 2006

  112. 2006 IL A SUFFI QUE MAMAN S’EN AILLE
    4 novembre 2006

  113. 2006, des images.
    20 décembre 2006