Brèves
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’Arte Mare (19h30, 20h30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 06 76 31 93 69

ou en cas de nécessité

04 95 58 85 50

arte.mare@wanadoo.fr

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Facebook
dimanche 13 septembre
Découvrez en avant-première la programmation du festival sur la page Facebook Arte Mare récompense cinéma/tv
 
Arte Mare remercie ses partenaires
samedi 2 novembre

Ville de Bastia

Collectivité Territoriale de Corse

Conseil Général de la Haute Corse

Agence du Tourisme de la Corse

Outil Culturel et Technique de la CTC

Office du Tourisme de Bastia et de son agglomération, la CAB

AIR FRANCE

CCAS

Caisse des Dépôts et Consignations

AIR CORSICA

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

L’ODARC

Agence Negroni Bastia

Communauté de commune des Cinque Pieve

Communauté de commune du Cap Corse

Communauté de commune du Nebbiu

Communauté de commune de la Conca d’Or

Communauté de commune du Sud Corse

Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien

CDC

CCI de Bastia

CCAS-CMCAS de Corse

MGEN

Negroni voyages

Caisse des Dépôts et Consignations

OSCARO.COM

LA SOCIETE GENERALE

Centre culturel L’Alb’Oru

Le Théâtre municipal de Bastia

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

Corse Matin

Corse net infos

Demeures Corses

Cuisinella

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

L’IRA de Bastia

L’ODARC

Géant Casino

Leroy Merlin

Mercedes-Benz

Gloria Maris-Aquadea

Librairie Album

Union des commerçants

Aéroport de bastia

Consulat du Maroc

Ava Basta

MC4 Distribution

Decipro

Le clos Lucciardi

La route des sens/Stada di i sensu

Best Western Corsica Hôtel Bastia

SOCODIP

Les Vignerons Corsicans

Fromagerie Pierucci

Zilia

Brasserie Pietra - Corsica Cola

L’Atelier de la Noisette

Charcuterie Fontana

La Grappe Joyeuse

Cinémathèque de Corse

Crédit Agricole de la Corse

Corsica Gastronomia

Fromagerie A Filetta

Fromagerie Pierucci

Conserverie de Casatorra

Sica de la Casinca

Sica Sedarc Bellu Sole, Pruneaux de Corse

Boulangerie-Pâtisserie A Finetta (Biguglia)

Voir Festival nos partenaires

 
Un invité d’honneur
Volker Schlöndorff
jeudi 23 octobre 2014

De nationalité allemande, Volker Schlöndorff s’installe en France à l’adolescence. Après le lycée Henri IV, il obtient des diplômes de sciences politiques et de philosophie. Au cinéma, il fait ses armes en officiant comme assistant-réalisateur de Jean-Pierre Melville (Leon Morin, prêtre,1961), Alain Resnais (L’ Annee dernière à Marienbad, 1961) et Louis Malle (Le Feu follet, 1963).

Il rentre en Allemagne en 1964 et réalise en 1966 son premier long métrage, Les Désarrois de l’élève Toerless, inspiré d’un roman de Musil. Le film est très remarqué à Cannes où il obtient le Prix de la critique. Suivent quelques oeuvres qui suscitent un écho limité jusqu’à L’Honneur perdu de Katharina Blum en 1975, succès en Allemagne et en France, co-réalisé avec Margarethe von Trotta, son épouse, collaboratrice et actrice (notamment dans Le Coup de grâce, 1967).

Le réalisateur fait alors figure, aux côtés de cinéastes comme Rainer Werner Fassbinder ou Wim Wenders, de chef de file de la nouvelle vague allemande attachée à décrire une société contemporaine déchirée entre passé nazi et présent terroriste. Il réalise ainsi en compagnie de plusieurs personnalités artistiques ouest-allemandes, parmi lesquelles Fassbinder, Volker Schlöndorff ou encore Hans Peter Cloos, le documentaire politique L’Allemagne en automne (1977), qui relate les événements tragiques survenus en R.F.A. en octobre 1977, de l’enlèvement de H.M. Schleyer à la mort d’Andreas Baader. Il atteint la consécration mondiale avec Le Tambour (1979), tiré du roman de Günther Grass et Palme d’Or à Cannes ex-aequo avec Apocalypse Now.

Grand amateur d’adaptations littéraires, Schlöndorff travaille souvent ses scénarios avec Jean-Claude Carrière, s’attaquant à Marcel Proust et Michel Tournier (Un amour de Swann, 1984 ; Le Roi des aulnes, 1996). Après plusieurs grosses coproductions, La Servante ecarlate en 1990, où il met en scène Natasha Richardson et Robert Duvall, il revient à un cadre plus intimiste dans son pays natal avec Les Trois vies de Rita Vogt, en 2000. En 2004, il s’attache à suivre la résistance d’un certain nombre de prêtres catholiques condamnés à végéter dans le bloc des curés à Dachau durant la Seconde Guerre mondiale dans Le neuvième jour, puis filme la Pologne du début de XXe siècle dans Strajk - Die Heldin von Danzig.

En 2007 il revient avec Ulzhan, où il met en scène un Philippe Torreton entamant un périple initiatique au Kazakhstan. Le film, présenté en séance spéciale à l’occasion des 60 ans du Festival de Cannes, marque les retrouvailles du réalisateur et de l’acteur David Bennent, vingt-huit ans après la Palme d’or décerné à leur précédente collaboration, Le Tambour.

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Les grandes lignes
    9 juillet 2014

  2. Volker Schlöndorff
    23 octobre 2014

  3. La séance de 9h
    26 octobre 2014

  4. Auto-portrait d’un autre
    29 octobre 2014

  5. Christophe Bourseiller vous invite...
    8 novembre 2014