Brèves
Le nouveau site du festival
mardi 21 mars

http://www.arte-mare.corsica

Vite ! Visitez le nouveau site du festival, plus rock and roll !

 
Dîners étoilés
samedi 1er octobre

Les rendez-vous gastronomiques d’Arte Mare (19h30, 20h30) Amuse-bouche, plat, dessert, verre de vin 30€.

Réservations au 06 76 31 93 69

ou en cas de nécessité

04 95 58 85 50

arte.mare@wanadoo.fr

 
Twitter
lundi 28 septembre
L’actualité du Festival Arte Mare c’est aussi via notre compte Twitter @ArteMare
 
Facebook
dimanche 13 septembre
Découvrez en avant-première la programmation du festival sur la page Facebook Arte Mare récompense cinéma/tv
 
Arte Mare remercie ses partenaires
samedi 2 novembre

Ville de Bastia

Collectivité Territoriale de Corse

Conseil Général de la Haute Corse

Agence du Tourisme de la Corse

Outil Culturel et Technique de la CTC

Office du Tourisme de Bastia et de son agglomération, la CAB

AIR FRANCE

CCAS

Caisse des Dépôts et Consignations

AIR CORSICA

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

L’ODARC

Agence Negroni Bastia

Communauté de commune des Cinque Pieve

Communauté de commune du Cap Corse

Communauté de commune du Nebbiu

Communauté de commune de la Conca d’Or

Communauté de commune du Sud Corse

Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien

CDC

CCI de Bastia

CCAS-CMCAS de Corse

MGEN

Negroni voyages

Caisse des Dépôts et Consignations

OSCARO.COM

LA SOCIETE GENERALE

Centre culturel L’Alb’Oru

Le Théâtre municipal de Bastia

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

France 3 Corse Via Stella

France Bleu Frequenza Mora

La médiathèque de Castagniccia Mare Monti

Arte France

Corse Matin

Corse net infos

Demeures Corses

Cuisinella

Les bibliothèques municipales de Bastia et la bibliothèque patrimoniale

L’IRA de Bastia

L’ODARC

Géant Casino

Leroy Merlin

Mercedes-Benz

Gloria Maris-Aquadea

Librairie Album

Union des commerçants

Aéroport de bastia

Consulat du Maroc

Ava Basta

MC4 Distribution

Decipro

Le clos Lucciardi

La route des sens/Stada di i sensu

Best Western Corsica Hôtel Bastia

SOCODIP

Les Vignerons Corsicans

Fromagerie Pierucci

Zilia

Brasserie Pietra - Corsica Cola

L’Atelier de la Noisette

Charcuterie Fontana

La Grappe Joyeuse

Cinémathèque de Corse

Crédit Agricole de la Corse

Corsica Gastronomia

Fromagerie A Filetta

Fromagerie Pierucci

Conserverie de Casatorra

Sica de la Casinca

Sica Sedarc Bellu Sole, Pruneaux de Corse

Boulangerie-Pâtisserie A Finetta (Biguglia)

Voir Festival nos partenaires

 
Les expositions
AccorsiBruhatCarlottiMilleliriOrsoni
vendredi 11 novembre 2011

Monter une exposition collective est toujours difficile, non pas que l’évènement soit en lui-même une épreuve insurmontable, bien au contraire il y a toujours quelque chose de festif et de passionnel quand on expose des artistes. Mais cela entraîne des choix, liés bien sûr à des contraintes d’ordre spatial et technique principalement, les lieux et les murs nous apparaissent souvent limités, ils ne nous permettent jamais d’exposer tous les artistes que nous aimons. C’est avec le thème du festival en poche : « Arte Mare dégaine son polar » que j’ai choisi cinq artistes pour habiller les murs de cette nouvelle édition. Agnès Accorsi, Hervé Bruhat, Laetitia Carlotti, Vincent Milleliri et Marc-Antoine Orsoni se partagent donc la salle de congrès et la salle Prela du théâtre de Bastia.

Dominique Ricci, commissaire de l’exposition.

Sur les traces de…

Agnès Accorsi, artiste ajaccienne, présente
une vidéo qu’elle a intitulé Police.
Ce petit bout de femme développe
dans cette œuvre une énergie
proprement féminine,
sensuelle dans une mise en scène
qui laisse le spectateur mener l’enquête
en suivant indices et traces humaines
qui nous permettront peut-être de la trouver.
Gabrielle Vitte, galeriste, décrit ainsi son travail : « Elle se déplace sur la grève désertée,
avec lenteur, et nous invite à suivre
des empreintes au sol, à fouiller des débris de palissade en plastiques...,
autant d’indices pour une enquête
qui très vite échoue en dépit du brassard rouge
qu’elle arbore.
Car c’est ailleurs qu’il faut porter notre regard. »

PHOTOS : Agnès Accorsi, extrait de la vidéo Police, 2004, 9 mn 15.

La lumière et le cinéma

Hervé Bruhat est un photographe-écrivain parisien membre de l’agence Gamma-Rapho Dans sa carrière, déjà bien remplie il aborde avec talent la publicité, le portrait ou encore le photoreportage. Les photographies en noir et blanc qu’il expose pour la première fois sont issues d’une série intitulée Black & White Nudes sur laquelle il travaille encore et qui sera prochainement édité. Il s’agit donc d’une avant-première.
« Les modèles de mes photographies de nu ne sont pas des mannequins mais des filles de tous les jours, des étudiantes posant dans l’intimité de leur chambre, expose le photographe. Pas d’artifices, de maquillages appuyés, d’éléments rapportés, de décors fantasmatiques, j’ai souhaité les saisir dans leur univers personnel, m’attachant à décrire leur beauté mais aussi leur personnalité. Dans cette perspective, la lumière du cinéma a servi mon dessein. Les jeux d’ombres et de lumières qui faisaient toute l’atmosphère des films de Welles et d’Hitchcock m’ont permis de sculpter les corps de ces égéries contemporaines ».

PHOTO : Yinka, Paris, 13ème arrondissement, 2008. Copyright Hervé Bruhat.

Impact émotionnel

Laetitia Carlotti est une artiste cortenaise, elle nous présente deux œuvres qui oscillent entre une violence « primitive » et un rythme « cardio-géographique ». Le carton est une silhouette de métal encadrée perforée par des impacts de balles. Le mot est simple mais induit un acte violent par l’utilisation d’une arme à feu. « Le dessin de la figure par contournement se rapporte à la fois aux dessins des primitifs (les mains découvertes dans les grottes de Lascaux) et les enquêtes criminelles où l’on préserve à la craie l’emplacement et la posture du corps des victimes », indique la plasticienne. L’œuvre dont le titre désigne aussi bien une étude préliminaire de tableau qu’une cible dans un stand de tire suscite un impact émotionnel sec, tranché, préalable bienvenu à la réflexion.
Sa deuxième œuvre, est un immense électrocardiogramme « qui suit les sommets des montagnes corses », un paysage donc qui au-delà de la représentation, nous fait vivre au rythme des hommes et des femmes qui font une terre.

PHOTO : Laetitia Carlotti, Carton, sculpture métallique - 2011.

D’étranges histoires poétiques

Il y a quelque chose de tribal dans les œuvres exposées par l’artiste ajaccien Vincent Milleliri, la plume et l’encre semblent tisser un lien initiatique qui lui ouvre les portes d’un territoire que seul il peut arpenter : « Je me pense plasticien pour trouver la forme originaire de ma pensée qui doit consister à synthétiser en établissant la forme, c’est-à-dire ce qui échappe au percept pour tomber sous le concept.

Signifier l’empreinte originaire d’une idée détachée du schématisme critique par la polyvalence de ces traces. » Spectateur, on ne peut qu’être troublé face à ces Ondules qui nous interrogent sur notre existence en activant notre capacité à imaginer et à nous projeter dans ses paysages sensibles, profonds et humains happés par d’étranges histoires poétiques qui nous renvoient aux mécanismes du rêve.

Vincent Milleliri, Ondules, 1996.

Odeurs frelouchantes et bidules juteux

Mar-Antoine Orsoni est un jeune artiste ajaccien qui sait brouiller les cartes, son travail s’établit à la croisée de mondes plus ou moins stables, entre automatismes, histoires déroutantes, onirisme et précision technique. « Il arrive que des associations de mots, des impressions inhabituelles, des odeurs frelouchantes ou encore une kyrielle d’autres bidules juteux impriment dans notre esprit des images particulières et/ou inédites. » Le plus souvent les éléments plastiques créent un décalage par rapport aux informations visuelles et les perceptions se télescopent piégées par une multitude de fils directionnels qui font voler en éclat la frontière entre illusion et réalité pour, au final, nous mener lentement vers une autre conscience.

Mar-Antoine Orsoni, Achromatopsiqueurs, Chasse à l’innocence et La prévoyance de Mlle Élisabert.

 

Répondre à cet article

Articles de cette rubrique
  1. AccorsiBruhatCarlottiMilleliriOrsoni
    11 novembre 2011